Comment conduire au Costa Rica ? Quelles sont les règles à respecter ?

La meilleure façon de voyager au Costa Rica est sûrement la voiture, car elle vous offre plus de liberté. Toutefois, les routes sont-elles sûres au Costa Rica ? Le code de la route, est-il différent au Costa Rica qu’en France ? Est-il facile de trouver son chemin sur les routes du Costa Rica ? De quel côté se trouve la conduite au Costa Rica ? Est-il nécessaire de louer un 4×4 au Costa Rica ? Peut-on utiliser un GPS au Costa Rica ? Si vous partez en voyage dans ce pays d’Amérique Centrale, les réponses à ces questions sur la conduite vous seront bien utiles !

Les règles de conduite au Costa Rica

Si vous décidez de voyager en voiture, il est important que vous sachiez comment conduire de manière sûre et efficace. Une bonne carte routière vous aidera à trouver votre chemin dans le pays et à vous assurer que vous ne vous perdrez pas. En général, conduire au Costa Rica est assez facile en raison de ses grandes autoroutes et des nombreuses routes qui relient tous les points d’intérêt sur la carte : parcs nationaux, plages, volcans, villes, etc. Toutefois, il existe certaines règles qui ont été mises en place au fil du temps par le gouvernement :

  • Il est interdit de passer entre deux voies lorsque l’on roule à une vitesse de plus de 50 km/h (30 mph).
  • Vous devez toujours céder le passage lorsque des piétons ou des cyclistes traversent votre chemin.
  • Vous devez toujours vous tenir à 100 m de distance des agents de police.
  • Vous devez céder le passage lorsque quelqu’un roule à une vitesse de moins de 50 km/h (30 mph).

La conduite, une fois la nuit tombée, n’est pas recommandée. D’une part, parce que les routes ne sont que très rarement éclairées. D’autre part, parce que beaucoup de piétons se déplacent le long des routes. S’engager dans ces zones la nuit n’est donc vraiment pas préconisé. Conduire au Costa Rica est une expérience dépaysante. Les routes ne sont pas toutes très fréquentées, ni toujours en très bon état, et les conducteurs pas toujours respectueux du code de la route, il convient donc de faire attention et de bien respecter les limites de vitesse :

  • sur les grandes routes, entre 60 et 90 km/h maximum selon les endroits.
  • en ville, entre 20 et 40 km/h.

Le code de la route et les panneaux sont faciles à comprendre et comme en France, la conduite est à droite. En cas d’accident, il peut être utile d’avoir souscrit une assurance voyage. N’hésitez pas à contacter votre assureur pour plus d’informations.

conduite en bus au Costa Rica

Conseils pour louer une voiture au Costa Rica

Même si en France un véhicule de type 4×4 n’est pas forcément utile, ce modèle est plus qu’indispensable au Costa Rica. Pour pouvoir vous déplacer en toute liberté et pouvoir vous engager sur des routes sinueuses et les pistes de terre, il vous faudra une voiture adaptée. Vous pourrez louer un 4×4 (même un 2 places si vous voyagez en solo par exemple), qui sera tout à fait adapté à l’usage que vous en aurez.

Attention : le GPS n’est pas souvent compris dans le prix de location et les cartes ne sont pas toujours à jour. Pour louer un véhicule, il vous faudra au minimum l’âge de 21 ans et verser un dépôt de garantie. Une assurance est bien sûr recommandée pour plus de sécurité en cas d’accident. Celle-ci est souvent proposée par l’agence de location.

A savoir :  il est interdit de conduire une voiture de location en ayant consommé de l’alcool. Les limites sont à 0,5 g/l d’alcool dans le sang (amende), puis 0,75 g/l (tribunal). Conduisez donc toujours en sécurité, évitez certaines routes de nuit et demandez un guide si besoin.

Votre permis de conduire Français est suffisant pour conduire dans le pays. Il est valable pendant 3 mois. Après quoi, il vous sera demandé un équivalent costaricien. Si vous ne vous sentez pas à l’aise pour conduire au Costa Rica, vous pouvez toujours opter pour le transport en commun, comme le bus, ou bien le taxi.

Vous êtes maintenant prêt à prendre la route au Costa Rica. Préparez votre carte ou votre GPS, direction l’aéroport, et c’est parti !